Evoluons avec Liberté et Respect de la Diffèrence


 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nouveau vient de paraitre en téléchargement en ligne
A paraitre version papier en Février 2010
Livre : "Tu seras Médium!" par Marlène.LCB aux éditions Edilivre.
Livre auto-biographique autour de son parcours via l'ésotérisme, l'accompagnement de son père et 15 ans plus tard accompagnement d'âme d'une Amie (Bridget la co-administratrice de ce forum) pour l'au-delà.

De l'enfance à l'âge adulte, d'initiation en rejet, je vous livre des expériences de vie partagées entre le désir de pratiquer la médiumnité et son refus. Je vous parle également d'accompagnement, de mon père tout d'abord et de mon amie et confidente. Cette amie qui me poussait de son vivant et qui continue après sa mort à m'aider à me réaliser dans mon domaine.

Marlène.LCB est née au printemps 1963 en Provence. Sa mère lui a ouvert des portes sur le chemin et, d'initiation en initiation, elle a évolué pour appliquer dans le domaine du REIKI et de la voyance. Aujourd'hui, après divers stages de formations sur le REIKI (sortie hors du corps, chamanisme et autres) Marlène.LCB pratique la médiumnité et le REIKI qu'elle enseigne également.

Un extrait du livre  en cliquant ICI


Ou se le procurer
En téléchargement en ligne en cliquant ICI

En version papier à partir de la fin février 2010
sur les site de : amazon, alapage, la fnac, chapitre....

Possibilité de dédicace, si la commande est passée en pré-commande directement à l'auteur
En cliquant ICI


Partagez | 
 

 Article du journal canadien Proteus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marlène
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 13805
Age : 54
Ville : ISTRES 13
Etes vous initié au reiki? : Maitre-Enseignant REIKI et KARUNA-KI
interessé par les rencontres reiki : Organise des rencontres
Date d'inscription : 26/10/2004

MessageSujet: Article du journal canadien Proteus   Lun 27 Aoû 2007 - 23:11

La fibromyalgie (« fibro » pour les tendons; « myo » pour les muscles; « algie » pour la douleur) est une maladie chronique, reconnue en 1992 comme maladie rhumatismale, par l'Organisation mondiale de la Santé. Elle touche de 2 à 6 % de la population des pays industrialisés. Au Canada, 900 000 personnes en sont affectées.

Caractérisée par une sensation de douleur musculaire diffuse, cette affection rend las, vide d'énergie et parfois incapable de vaquer normalement aux occupations quotidiennes.

Encore mal connue, la fibromyalgie est l'objet de polémiques dans le milieu scientifique, ses causes n'étant toujours pas identifiées clairement. Les médecins la considéraient au départ comme une maladie psychiatrique. Aujourd'hui, en plus d'un profil psychologique particulier (états dépressifs, pessimisme), on pointe du doigt des facteurs physiologiques (des perturbations métaboliques, hormonales, etc.) et un contexte de vie (stress, alimentation, sédentarité) qui prédisposent à la fibromyalgie.

Diagnostic
Sa ressemblance ou sa cohabitation avec d'autres maladies ou syndromes, dont le syndrome de fatigue chronique, le syndrome du côlon irritable, la migraine, la spasmophilie et la polyarthrite rhumatoïde rend son diagnostic complexe.

Voici les deux critères retenus et approuvés par un comité international, établis par l'American College of Rheumatology :
- une douleur diffuse pendant plus de trois mois;
- une douleur ressentie à la pression d'au moins 11 des 18 points sensibles à localisation caractéristique.

Causes
Aucune cause n'est formellement reconnue par les autorités médicales.
Des recherches ont permis d'identifier certains facteurs prédisposant à la fibromyalgie :
- des troubles de neurotransmetteurs dans le cerveau : un déficit en sérotonine (lien connu avec la dépression, la migraine et les troubles gastro-intestinaux) et un trouble métabolique de la protéine P, qui augmenterait la sensibilité à la douleur et dont l'association avec le stress, l'anxiété et la dépression est aussi connue;
- les troubles du sommeil pourraient ne pas être un symptôme, mais plutôt une cause de la fibromyalgie;
- un trouble du système nerveux sympathique : il y aurait une baisse de l'activité du système sympathique (baisse de la tension artérielle, ralentissement du rythme cardiaque, augmentation des mouvements intestinaux, etc.) chez certaines personnes qui souffrent de fibromyalgie.

Symptômes
Le climat, le moment de la journée, le niveau de stress et d'activité physique sont des facteurs qui influencent la gravité des symptômes et leur variabilité dans le temps.

Des douleurs musculaires diffuses et des points spécifiques du corps sensibles au toucher (voir le schéma), qui persistent souvent des mois et s'accompagnent de raideurs.
Un sommeil agité avec fatigue et raideurs au lever. Il semble que les personnes qui souffrent de fibromyalgie n'atteignent pas la phase de sommeil profond et réparateur.
Une fatigue persistante (toute la journée), qui empêche parfois de fonctionner au quotidien, non soulagée par le repos.
Des maux de tête ou de fortes migraines, probablement causées par les tensions musculaires au cou et aux épaules.
Le syndrome du côlon irritable (les diarrhées, la constipation et les douleurs abdominales sont fréquentes).
Des états dépressifs ou d'anxiété (chez environ le tiers des personnes fibromyalgiques).
Des difficultés de concentration.
Une augmentation de l'acuité des sens, soit une sensibilité accrue aux odeurs, à la lumière, au bruit et aux changements de température (en plus de la sensibilité au toucher).
Un engourdissement et des fourmillements aux mains et aux pieds.
Des menstruations douloureuses (dysménorrhée).
Un syndrome de la vessie irritable.
Des douleurs thoraciques.

Personnes à risque
Les femmes. Elles sont plus susceptibles de souffrir de la fibromyalgie que les hommes, dans un rapport d'environ quatre pour un.
Les personnes âgées de plus de 50 ans. Chez les femmes, la maladie apparaît entre 30 à 50 ans, et généralement aux environs de l'âge de la ménopause, période caractérisée par une baisse en oestrogènes. Chez certaines femmes, la ménopause favorise un état dépressif propice à la survenue de la fibromyalgie.
Les personnes dont un membre de la famille a souffert de fibromyalgie.
Les personnes qui ont des troubles du sommeil dus à des spasmes musculaires nocturnes ou un syndrome des jambes sans repos.
Les personnes qui ont été infectées par la maladie de Lyme ou le virus de l'immunodéficience humaine (VIH).
Facteurs de risque
Une expérience traumatisante (un choc physique ou émotionnel), comme un accident, une chute, une intervention chirurgicale ou un accouchement douloureux.
Le manque ou l'excès d'activités physiques.

Prévention
La cause de la fibromyalgie n'ayant pas été formellement identifiée, aucune manière de la prévenir n'est reconnue. Les mesures suivantes peuvent aider à en diminuer la gravité.

Alimentation
Le Dr Andrew Weil, médecin et naturothérapeute, émet quelques recommandations d'ordre diététique à l'intention des personnes atteintes de fibromyalgie1 :
- éliminer de son alimentation les huiles végétales hydrogénées (comme le shortening et certaines margarines qui restent solides à la température de la pièce) et les aliments dont la teneur en acides gras trans est élevée (comme les fritures, les pâtisseries et les biscuits);
- augmenter son apport en acides gras oméga-3, un acide gras essentiel au bon fonctionnement de l'organisme. Les graines de lin, l'huile de lin et les huiles de poisson (contenues dans les poissons gras sauvages comme le maquereau et le saumon) en sont des sources importantes;
- manger suffisamment de fruits et légumes (5 à 10 portions selon le guide alimentaire canadien);
- incorporer dans ses mets le gingembre et le curcuma.

Maintenir un poids santé
Il est recommandé de maintenir un poids santé afin d'éviter qu'un surpoids n'accentue les douleurs au niveau des articulations et des muscles.2 Pour calculer votre IMC, faites le test en ligne.

Gestion du stress
Afin de mieux gérer le stress, facteur aggravant de la fibromyalgie, le Dr Andrew Weil suggère à ses patients de pratiquer le yoga et la méditation.3

Traitements médicaux
Parce qu'on connaît encore peu les origines de la fibromyalgie, les traitements médicaux offerts aux malades reposent davantage sur l'expérience que sur une valeur scientifique établie. La multidisciplinarité est de mise, et des traitements conçus pour soigner d'autres maladies - telles la dépression et l'insomnie - sont de plus en plus utilisés.

Des antidépresseurs, les tricycliques ou les inhibiteurs de recapture de la sérotonine, prescrits à faible dose, augmentent la quantité de sérotonine dans le cerveau. De faibles taux de sérotonine seraient liés non seulement à la dépression, mais aussi aux migraines, aux maux digestifs et à l'anxiété, d'autres symptômes de la fibromyalgie. Il semble que les antidépresseurs constituent le meilleur traitement à long terme contre les douleurs musculaires de la fibromyalgie. Toutefois, tous n'y trouvent pas un soulagement.

Le Dr Paul Lépine mentionne qu'en clinique, il ne prescrit les antidépresseurs qu'aux personnes qui présentent aussi un trouble de l'humeur (une dépression). Une seule exception : l'antidépresseur Élavil® ou amitryptiline, utilisé comme antidouleur et pour approfondir le sommeil. Dans ce cas, il précise que les doses employées pour la fibromyalgie sont de 10 à 15 fois moins fortes que pour la dépression. Cette molécule aurait des effets antidouleur spécifiques. Son efficacité serait donc liée à un effet propre à la molécule, indépendant de son indication habituelle. Ainsi, on prescrit parfois un antidépresseur en absence de dépression.

Des sédatifs sont parfois prescrits pour faciliter le sommeil, mais leur usage à long terme n'est généralement pas recommandé par les médecins.

Des relaxants musculaires peuvent aussi aider à soulager la douleur, d'après le Dr Paul Lépine. Selon lui, le seul relaxant musculaire efficace pour la fibromyalgie est le Flexeril®. Son efficacité serait attribuable à une action spécifique de la molécule, non liée à son indication habituelle.

Des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), par exemple l'ibuprofène (comme Advil® ou Motrin®), le naproxène, l'acétaminophène (Tylenol®) permettent parfois d'atténuer les douleurs et les raideurs musculaires. Leur efficacité varie d'une personne à l'autre. L'aspirine (un AINS) serait rarement utile. Leur faible efficacité pourrait s'expliquer par le fait que les mécanismes inflammatoires ne semblent pas impliqués dans la fibromyalgie.4
N.B. À long terme, l'usage de médicaments de type AINS cause des effets indésirables sérieux : douleurs et saignements à l'estomac, ulcères d'estomac, dommages aux reins.

À noter
- Les corticostéroïdes (comme la prednisone) n'ont démontré aucune efficacité pour traiter la fibromyalgie.
- L'utilisation de narcotiques devrait être évitée en raison de la dépendance qu'ils engendrent.

Mentionnons qu'à l'Association médicale canadienne, on croit qu'il est possible de soulager les symptômes par des mesures simples5 :
- limiter les périodes de stress, puisque les symptômes s'accentuent avec le stress;
- avoir un sommeil régulier;
- faire des étirements et des exercices aérobiques;
- appliquer des compresses chaudes sur les points douloureux;
- pratiquer de légers massages.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.centre-psycho-kimcopsi.fr
Marlène
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 13805
Age : 54
Ville : ISTRES 13
Etes vous initié au reiki? : Maitre-Enseignant REIKI et KARUNA-KI
interessé par les rencontres reiki : Organise des rencontres
Date d'inscription : 26/10/2004

MessageSujet: Re: Article du journal canadien Proteus   Lun 27 Aoû 2007 - 23:11

Traitements non conventionnels
Selon une synthèse de recherches incluant 49 études, le traitement optimal de la fibromyalgie intègre des traitements non pharmacologiques (en particulier l'exercice physique et la thérapie cognitivo-comportementale) à la médication usuelle, qui aide à mieux dormir et à soulager la douleur.6

Exercices d'aérobie.

La majorité des personnes qui souffrent de fibromyalgie ne serait pas en bonne forme physique, selon certaines recherches. Il se pourrait que de cette mauvaise condition résultent la fatigue et l'anxiété, symptômes partagés par les personnes fibromyalgiques. L'exercice stimule l'organisme à produire de l'endorphine, une hormone qui procure un bien-être et calme la douleur. Une synthèse du groupe Cochrane publiée en 2002 conclut que la pratique d'exercices aérobiques supervisés a des effets bénéfiques sur les capacités physiques et les symptômes de la fibromyalgie. Les exercices d'étirement et de flexibilité amélioreraient aussi certains symptômes, mais les preuves sont limitées. Seize études comportant au total 724 participants étaient incluses dans leur analyse.7 Il est important d'y aller progressivement, surtout pour les personnes qui font habituellement peu d'activités physiques.

Le mindbody ou « corps-conscience

Parmi les solutions alternatives, les thérapies mindbody ou corps-conscience (comme le biofeedback, l'hypnothérapie, etc.) sont les thérapies les plus utilisées par les personnes qui souffrent de fibromyalgie - davantage que l'acupuncture et les thérapies de manipulation comme la massothérapie et la chiropratique.8 D'après la théorie du corps-conscience, le corps et l'esprit sont deux aspects indissociables d'une seule et même réalité.

Selon les résultats d'une méta-analyse où les auteurs ont analysé 13 essais cliniques totalisant 802 sujets, les thérapies corps-conscience permettent d'apprendre à mieux vivre avec la maladie, malgré son impact.9 Cet aspect n'est pas à négliger puisque la manière d'envisager l'avenir aurait des conséquences directes sur la perception de la douleur et l'implication dans la stratégie thérapeutique. Notons que pour ce qui est du contrôle de la douleur et de l'amélioration de la santé en général, les auteurs concluent que les exercices d'intensité modérée à élevée sont significativement plus efficaces. Les personnes qui combinent les deux obtiendraient encore un meilleur résultat à long terme.

Le biofeedback, l'hypnothérapie et la thérapie cognitivo-comportementale sont celles pour lesquelles il existe le plus d'appuis scientifiques.

Biofeedback. L'objectif du biofeedback est d'apprendre au patient à contrôler une tension musculaire ou une fréquence respiratoire, en utilisant au départ des appareils qui rendent visibles ces paramètres physiologiques. Deux études contrôlées démontrent que le biofeedback aiderait surtout à mieux vivre avec la maladie, dans la perception que les personnes en ont.10,11

Hypnothérapie. L'efficacité de l'hypnothérapie a été testée chez des personnes dont la maladie résiste au traitement médical dans une étude contrôlée.12 L'hypnothérapie était comparée à une thérapie physique, avec la participation de 40 sujets. Les personnes du groupe traité à l'hypnothérapie ont vu leur condition générale s'améliorer en regard de leur expérience de la fatigue et de la douleur.

Thérapie cognitivo-comportementale. La thérapie cognitivo-comportementale se fait dans un cadre personnalisé et instruit le patient sur sa maladie, et le prépare à mieux gérer ses états d'anxiété, ses émotions et sa douleur. L'idée est de remplacer les pensées sombres par d'autres plus positives et adaptées à une lutte contre la fibromyalgie. L'autogestion de la maladie passe parfois par certains changements des habitudes et du style de vie du malade. Quelques études ont évalué ses effets auprès de patients fibromyalgiques.13,14

Techniques de manipulation physique
Massothérapie. Il semble que la grande majorité (80 %) des personnes qui utilisent la massothérapie jugent cette approche extrêmement efficace.15 Les principaux avantages du massage sont qu'il réduit le stress et améliore la circulation sanguine.16 L'intensité des massages devra être progressive et adaptée en fonction de la localisation des douleurs. Une étude randomisée comportant 52 patients a démontré que le groupe ayant reçu les massages ressentait moins de douleurs comparativement au groupe placebo, ce qui avait pour conséquence de diminuer la consommation d'analgésiques.17 Toutefois, trois mois après la fin du traitement, cet effet bénéfique disparaissait.

Chiropratique. Dans le cas où la fibromyalgie s'accompagne de douleurs lombaires ou au cou, la chiropratique pourrait être bénéfique. Encore peu de recherches se sont penchées sur ses bienfaits réels.18-20 Une réduction de l'intensité de la douleur et une amélioration de la qualité du sommeil et du niveau de fatigue ont été observées à la suite de 30 séances de chiropratique.20

Médecine traditionnelle chinoise
Acupuncture. Les appuis scientifiques en faveur de l'acupuncture sont encore peu nombreux, les essais cliniques étant de qualité variable. Les auteurs d'une synthèse d'études systématique réalisée en 1999 ont estimé que sur les sept études retenues (trois essais cliniques randomisés impliquant 135 patients, trois études de cohorte et une étude rétrospective de cohorte), une seule était de bonne qualité méthodologique.21 Cette étude a démontré que les patients (au nombre de 70) qui avaient reçu les six séances d'électroacupuncture pendant plus de trois semaines étaient soulagés de plusieurs des symptômes de la maladie. Une augmentation du seuil de douleur - un des critères les plus importants - a été évaluée à 70 % pour le groupe traité, contre 4 % pour le groupe placebo.
D'autres chercheurs ont fait le même exercice d'analyse, pour parvenir sensiblement aux mêmes conclusions quant à la variabilité de la qualité des études.22
L'acupuncture exercerait peut-être ses effets en modulant les niveaux sériques de substance P et de sérotonine, deux neurotransmetteurs mis en cause dans la maladie.23

Phytothérapie
Cayenne (Capsicum frutescens). Des crèmes, lotions ou onguents contenant de la capsicine, le composé actif du cayenne, se sont avérées efficaces pour soulager les douleurs rhumatismales. Par ailleurs, la Commission E reconnaît l'usage externe du cayenne pour soulager les douleurs musculaires logées aux épaules, aux bras et à la colonne vertébrale. L'effet des préparations à base de capsicine chez les personnes atteintes de fibromyalgie n'est pas encore bien connu. Tout de même, une étude préliminaire impliquant 45 sujets âgés de 18 à 70 ans a démontré que l'application d'une crème (concentrée à 0,025 % en capsicine) quatre fois par jour soulageait les tensions musculaires plus efficacement qu'un placebo.24 La capsicine exercerait son effet antidouleur en épuisant les réserves de substance P.

Suppléments
5-HTP (5-hydroxytryptophane). Le 5-HTP est un précurseur de la synthèse de la sérotonine dans le cerveau. Il est surtout utilisé en traitement de la dépression. Tout de même, un traitement au 5-HTP pourrait soulager les personnes atteintes de fibromyalgie, comme l'ont démontré deux études réalisées sur un total de 100 sujets.25,26 Aussi, les résultats d'un essai comparatif mené sur 200 sujets indiquent qu'une combinaison d'antidépresseurs de type IMAO et de 5-HTP soulagent significativement les symptômes de la fibromyalgie et les migraines que subissent souvent les personnes atteintes de cette maladie.27 Les auteurs croient qu'un déficit de sérotonine est commun à ces deux pathologies et une synthèse récente (1998) souligne également le lien entre des faibles taux de sérotonine et la fibromyalgie, ce qui pourrait expliquer l'effet positif du 5-HTP dans le soulagement des symptômes de cette maladie.28
Dosage
Un total de 300 mg par jour, à prendre en trois doses de 100 mg.
Note. L'utilisation du 5-HTP en automédication est controversée. Voir notre fiche à ce sujet.

SAM-e (S-adénosylméthionine). Principalement utilisé en traitement de la dépression et de l'arthrose, la SAM-e pourrait aussi bénéficier aux personnes qui souffrent de fibromyalgie. Un essai clinique à double insu avec placebo mené auprès de 44 sujets atteints de fibromyalgie a permis aux chercheurs de noter des améliorations significatives aux chapitres de la douleur, de la fatigue, de la raideur matinale et de l'humeur chez les sujets traités par rapport à ceux du groupe placebo.29 D'autres études ont testé la SAM-e auprès de fibromyalgiques, mais le produit était administré par injection intraveineuse plutôt que par voie orale.30
Note. Au Canada, on ne peut se procurer la SAM-e en vente libre, car Santé Canada a jugé qu'il s'agissait d'un médicament et non pas d'un supplément.

Acide malique et magnésium. Des suppléments de magnésium et d'acide malique sont largement commercialisés pour traiter la fibromyalgie. Pourtant, la seule étude testant leur efficacité (portant sur 24 personnes atteintes de fibromyalgie) a démontré qu'ils n'avaient aucun effet qui se démarquait du placebo.31 Le comprimé utilisé pour l'étude, le Super Malic®, contient 200 mg d'acide malique et 50 mg de magnésium. Les sujets traités recevaient trois comprimés de Super Malic® (deux fois par jour) ou un placebo durant quatre semaines.
Cette étude comportait une deuxième partie, cette fois non contrôlée avec un placebo, où les sujets recevaient une dose plus élevée de Super Malic® (jusqu'à six comprimés deux fois par jour) durant six mois. Les chercheurs croient qu'à long terme et à haute dose, ce traitement pourrait réduire les douleurs. Cette hypothèse n'a toutefois pas été vérifiée par d'autres études.

Autres suppléments de vitamines et minéraux. Les professionnels de la santé recommandent parfois aux personnes souffrant de fibromyalgie une panoplie de suppléments - de magnésium, de sélénium, de fer, de zinc, de calcium, de vitamines du groupe B, de vitamine C et d'antioxydants - soit pour combler une déficience, soit pour favoriser la relaxation musculaire ou améliorer l'humeur et le sommeil. D'après nos recherches, ces produits n'ont pas fait l'objet d'études cliniques chez des sujets fibromyalgiques.

Autres approches
Un recueil américain rédigé à l'intention des médecins, le Clinician's Complete Reference to Complementary & Alternative Medicine, propose pour plusieurs maladies les approches alternatives les plus indiquées.32 Pour classer l'efficacité des méthodes, les auteurs se sont basés sur les connaissances issues de la pratique plutôt que sur des preuves scientifiques. Selon leur compilation, la technique Bowen, la méthode Feldenkrais, l'homéopathie et l'hypnothérapie seraient des approches idéales pour soulager les symptômes de la fibromyalgie.

Pharmacopée chinoise
Le Xiao Yao Wan dit « Poudre de la libre promenade » est utilisé pour soulager les douleurs fibromyalgiques en médecine chinoise.

L'opinion de notre médecin
La fibromyalgie est une maladie complexe, encore pleine d'inconnus. Dans ma pratique, et dans de nombreuses recherches, un sommeil non réparateur fait partie intégrante du problème. Le mauvais sommeil pourrait directement causer la douleur, la fatigue, les troubles cognitifs (concentration, mémoire). Les seuls médicaments qui ont une certaine efficacité agissent sur le cerveau en favorisant le sommeil profond. Une bonne hygiène du sommeil est donc primordiale. L'exercice physique modéré, l'alimentation et la gestion du stress prennent ici tout leur sens.



Malheureusement, peu de gens guérissent de la fibromyalgie; mais c'est possible. Il n'y a cependant pas de recette. Il semble que, parmi ceux et celles qui en ont guéris, plusieurs ont vécu une transformation majeure au plan psychologique, souvent au cours d'une thérapie psychocorporelle ou dans une pratique spirituelle. L'effet est souvent un regard neuf sur la vie, une façon différente de vivre.

Dr Paul Lépine, M.D. D.O.

Article du journal canadien Proteus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.centre-psycho-kimcopsi.fr
Ange21
Praticien(ne) REÏKI
Praticien(ne) REÏKI
avatar

Nombre de messages : 6601
Age : 70
Ville : St Quentin Lamotte
Etes vous initié au reiki? : oui
interessé par les rencontres reiki : Oui
Date d'inscription : 28/10/2004

MessageSujet: Re: Article du journal canadien Proteus   Mar 28 Aoû 2007 - 9:30

Maladie si difficile à déceler et pourtant tellement douloureuse aussi bien physiquement que moralement et de plus imcomprise bien souvent par l'entourage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marlène
Administratrice
Administratrice


Nombre de messages : 13805
Age : 54
Ville : ISTRES 13
Etes vous initié au reiki? : Maitre-Enseignant REIKI et KARUNA-KI
interessé par les rencontres reiki : Organise des rencontres
Date d'inscription : 26/10/2004

MessageSujet: Re: Article du journal canadien Proteus   Mar 28 Aoû 2007 - 9:36

Oui tres difficile mon Ange......... on craque de temps à autre!

biz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.centre-psycho-kimcopsi.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Article du journal canadien Proteus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Article du journal canadien Proteus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Générateur d'article de journal
» un journal sur le handicap.....à voir !!!
» Help aux néos : votre avis sur ma réponse à un article du journal Sud-Ouest
» Article du journal voix de l'Oranie 12-02-2011 page 9
» Article du journal EL Nasr

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evoluons avec Liberté et Respect de la Diffèrence :: Comment depasser la maladie (entraide) :: Comment depasser certaines maladies-
Sauter vers: